France: Les scandales politico-financiers

WSWS

Par Alex Lantier
9 novembre 2009

http://www.wsws.org/francais/News/2009/nov2009/fran-n09.shtml

Avec le renvoi en correctionnelle de l’ancien président Jacques Chirac, qui ouvre la voie au tout premier procès d’un président français, les enquêtes sur les scandales politico-financiers de France se sont développées en une crise gouvernementale de grande ampleur. Le renvoi en correctionnelle de Chirac fait suite à la condamnation à un an de prison ferme de l’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua dans le scandale des ventes d’armes à l’Angola et au procès qui a duré un mois de l’ancien premier ministre Dominique de Villepin dans l’affaire Clearstream.

Tandis que ces dirigeants politiques risquent la prison et la disgrâce publique, le décor est planté pour des batailles juridiques longues qui menacent de discréditer l’ensemble de l’establishment politique au point de « faire sauter vingt fois la République », pour reprendre les termes, avant son procès de 2001, du dirigeant d’une entreprise pétrolière, Alfred Sirven, reconnu coupable.

Le renvoi en correctionnelle d’un ancien chef d’Etat n’est qu’un aspect de la situation explosive actuelle. Pasqua a réagi à sa condamnation en déclarant que Chirac, Edouard Balladur (allié pour un temps de l’actuel président Nicolas Sarkozy) et feu le dirigeant du Parti socialiste et président de 1981 à 1995 François Mitterrand étaient au courant de ses agissements. Pasqua a demandé que soit levé le secret défense pour toutes les enquêtes concernant les scandales politico-financiers.

Ces scandales qui ont émergé à la fin des années 1980 et 1990, concernent une série de systèmes de pots-de-vin massifs. Ils étaient le reflet des contradictions croissantes au sein de l’appareil politique français de l’après-guerre, entre les grandes entreprises industrielles clé nationalisées et la course des chefs d’entreprises et des politiciens d’amasser des fortunes toujours plus importantes et de financer des partis de droite impopulaires; et entre l’impérialisme français et ses concurrents, notamment les Etats-Unis, qui exerçaient une pression toujours plus grande sur la France.

Par ces scandales on entend: L’affaire Elf, impliquant des pots-de-vin payés au début des années 1990 par l’entreprise pétrolière Elf (devenue Total) à des hommes d’affaire et des politiciens français ainsi qu’à des dirigeants africains pro-français; le scandale de l’Angolagate au cours duquel l’argent provenant des ventes d’armes à l’Angola, de 1993 à 1998, est allé sous forme de pots-de-vin, dans les poches de politiciens et de personnalités de la mafia; l’affaire des frégates de Taïwan, où les prix gonflés payés par Taïwan pour ces frégates françaises au début des années 1990 firent la fortune de personnalités françaises et taïwanaises et ont été dissimulés par une série de meurtres et de suicides suspects; et le scandale des « emplois fictifs » au cours duquel la ville de Paris a indûment payé des représentants du parti de Jacques Chirac, alors maire de Paris, au coeur d’un système de fraude électorale et d’abus d’influence par des entreprises du bâtiment.

Le procès Clearstream contre Villepin est parti d’allégations de Sarkozy selon lesquelles Villepin aurait essayé de manipuler les enquêtes sur les affaires politico-financières dans le but de le calomnier.

Jusqu’à présent, les enquêtes approfondies sur ces affaires ont été bloquées et le peu de personnes reconnues coupables ont écopé de peines légères. Aucun homme politique n’a été condamné dans le procès Elf de 2002-2003. Un dirigeant condamné de Elf, André Tarallo, a été libéré de prison après deux mois, sans avoir jamais payé son amende de 2 millions d’euros.

L’enquête sur les frégates de Taïwan a été stoppée par le recours répété au secret défense de divers gouvernements, de droite comme de gauche.

Sarkozy est venu au pouvoir en 2007, projetant de tirer parti de ces affaires contre les factions de ses rivaux dans l’entourage de Chirac. Parlant de l’affaire Clearstream, il avait prononcé ces fameuses paroles lors d’une réunion des dirigeants du Groupe Lagardère en 2005: «Il y aura du sang sur les murs. Lorsque je serai au pouvoir, on les pendra tous à des crocs de boucher. »

Sarkozy espérait aussi manipuler ces scandales à son avantage en mettant fin à toute autre enquête à la fin de son mandat présidentiel. En janvier 2009, il a annoncé la suppression du corps des juges d’instruction et qui entrera en vigueur l’année prochaine. Ce sont ces juges d’instruction qui ont enquêté sur ces scandales. Dans le climat politique crée par cette prise pour cible de Villepin par Sarkozy, le pouvoir judiciaire a réagi en intensifiant la crise. En condamnant Pasqua à une peine de prison ferme, il est allé au-delà de la peine requise par le Parquet. En renvoyant Chirac en correctionnelle, le pouvoir judiciaire pousse la campagne de Sarkozy à sa conclusion logique, à savoir un règlement de comptes au sein de l’establishment, et qui se joue au tribunal.

Cette lutte reflète les intérêts impérialistes puissants en jeu dans les changements de politique effectués par Sarkozy par rapport à son prédécesseur Chirac qui était au pouvoir de 1995 à 2007.

Les scandales politico-financiers des années 1990 provenaient de la poursuite de la politique étrangère française de tradition gaulliste, politique de semi-indépendance par rapport aux Etats-Unis, consistant notamment à maintenir une industrie de défense indépendante et à promouvoir l’influence française dans les anciennes colonies africaines du pays. En Angola, au Congo et dans d’autres pays africains, la France venait en aide à des régimes confrontés à des mouvements d’opposition soutenus par les Etats-Unis, dont le tristement célèbre régime de pouvoir Hutu qui perpétra le génocide rwandais de 1994. La création en 1999 de la grande entreprise de défense franco-allemande EADS représentait un défi implicite aux intérêts aérospatiaux américains et impliqua aussi la France dans des conflits industriels récurrents avec l’Allemagne.

En qualité de président, Chirac était généralement vu comme continuant la politique traditionnelle. En 2003, lui-même et le ministre des Affaires étrangères de l’époque Dominique de Villepin, s’étaient opposés à l’ONU à la course à la guerre contre l’Irak du gouvernement Bush et avaient organisé une sorte de coalition anti-américaine avec l’Allemagne et la Russie. Chirac avait aussi résisté à la pression d’intégrer la France dans la structure de commandement de l’Otan, qu’elle avait quittée en 1966 sous la présidence de Charles de Gaulle.

Chirac fut confronté à une résistance croissante de la classe ouvrière dans les dernières années de son mandat. L’échec du référendum sur la Constitution européenne en 2005 et les manifestations populaires de masse contre les attaques sociales de Chirac avaient provoqué au sein de la bourgeoisie une opposition au régime de Chirac et qui se regroupait autour de Sarkozy. Au même moment, la crise du système impérialiste mondial, représentée par les débâcles américaines en Irak et en Afghanistan, poussaient la bourgeoisie française à se rapprocher des Etats-Unis pour défendre ses propres intérêts impérialistes à l’étranger.

Après son élection en 2007, Sarkozy a abandonné la rhétorique gaulliste traditionnelle sur l’attraction de l’universalisme français et s’est appuyé sur un appel nationaliste et chauvin envers l’électorat néofasciste. En même temps il s’est tourné vers Washington en matière de politique étrangère. Il a promu la réintégration de la France dans l’OTAN et le soutien à la guerre en Irak et envoyé davantage de troupes en Afghanistan et dans le Golfe Persique. Il a aussi travaillé plus étroitement avec les syndicats, réussissant à imposer des attaques sociales plus importantes contre les travailleurs.

Le fait que ces questions n’ont quasiment pas suscité de débat lors de la campagne présidentielle de 2007, qui fut largement consacrée à la démagogie du tout sécuritaire tant par Sarkozy que par la candidate du Parti socialiste Ségolène Royal, témoigne de la profondeur de la décrépitude de la démocratie française.

Cela représente aussi un avertissement sérieux à la classe ouvrière sur les batailles judiciaires actuelles. Ces enquêtes et procès à motivation politique et soigneusement limités sont avant tout une tentative, en dehors des urnes, de régler des différends politiques au sein de la classe dirigeante et de dissimuler toute l’étendue de sa criminalité. De ce fait, ces enquêtes et procès ont un contenu social profondément antidémocratique et réactionnaire. Dans la mesure où cette lutte politique reste limitée à des batailles de factions au sein de la bourgeoisie, elles tendent inévitablement vers des arrangements réactionnaires aux dépens de la classe ouvrière, tant en France que dans les pays ciblés par l’impérialisme français.

About Indah Sri Wulandari

Gerak Ekonomi untuk Daulat Kemanusiaan Lihat semua pos milik Indah Sri Wulandari

Tinggalkan Balasan

Isikan data di bawah atau klik salah satu ikon untuk log in:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Logout / Ubah )

Gambar Twitter

You are commenting using your Twitter account. Logout / Ubah )

Foto Facebook

You are commenting using your Facebook account. Logout / Ubah )

Foto Google+

You are commenting using your Google+ account. Logout / Ubah )

Connecting to %s

%d blogger menyukai ini: